Un épisode de l’histoire de l’ASBO (4)

Depuis quelques semaines déjà, chacun pressentait, chacun savait, que la confrontation avec Lille ce 5 mai 1998 revêtirait un caractère particulier et une importance pour les deux clubs.

En effet si Lille se devait de vaincre dans l‘Oise pour espérer accéder à la Division 1, il en était de même pour l‘ASBO pour son avenir en Division 2. Conséquence de cet enjeu, une pression formidable pesait sur les acteurs de ce match, renforcée par la présence d’un public nombreux et anxieux dans un « Pierre Brisson« , théâtre de cette ultime représentation dans son ancienne configuration. La soirée sera à la hauteur de l’enjeu.

Après une première mi-temps en demi-teinte, les Lillois regagnent les vestiaires avec l’avantage d’un but inscrit à la 40e mn par Anthony Garcia. Mais Xavier Poitrinal, par 3 fois a du sortir le grand jeu pour préserver nos chances. Deuxième mi-temps, les minutent s’égrènent sans que nos joueurs ne parviennent à inquiéter Lille. Plus grave encore la radio annonce que l’ASBO, par le jeu des résultats sur les autres terrains, est désormais relégable. La pression monte encore d’un ton.

Soudain, alors qu’on ne l’attends presque plus, un premier rebondissement survient à la 83e mn avec un pénalty, sifflé en faveur de Beauvais. Bruno Roux s’approche du ballon alors que dans le public certains détournent les yeux dans l’attente de la délivrance. Bruno ne faillit pas et égalise… L’espoir renaît. A ce moment chacun évalue à nouveau nos chances de maintien redevenu possible si… Mais un deuxième coup de tonnerre sur Brisson coupe court à toutes supputations; nous sommes à la 87e mn, et Stéphane Dumoulin vient de décocher la « frappe de la saison » qui vient trouver la lucarne du gardien lillois, tant dépité qu’en colère après ses équipiers,  le public, la terre entière… Incroyable, fantastique, le public Beauvaisien exulte et communie avec son équipe pour les derniers instant de cet exploit qui permettra à l‘ASBO d’étrenner son nouveau Brisson » en division2.

Pour marque-pages : permalien.

Les commentaires sont fermés.